LEE HYUN JOUNG

Diaporama

Green infinite path, 2020
Korean pigment on Hanji
47 1/5 × 31 1/2 in
120 × 80 cm

Blue contemplation, 2020
Korean pigment on Hanji
31 1/2 x 47 1/5 in
80 x 120 cm

Black contemplation, 2020
Muk on Hanji
31 1/2 x 47 1/5 in
80 x 120 cm

Silence, 2020
Muk and Korean pigment on Hanji
27 3/5 x 19 7/10 in
70 x 50 cm

Infinite path I, 2019
Korean pigment on Hanji
59 1/10 × 19 7/10 in
150 × 50 cm

Coincidence, 2020
Muk on Hanji
48 × 48 × 15 7/10 in
122 × 122 × 40 cm

Blue path, 2017
Muk and Korean pigment on Hanji paper
87 2/5 × 23 3/5 in
222 × 60 cm

Green path, 2018
Korean pigment on Hanji paper
12 3/5 × 17 7/10 in
32 × 45 cm

Black paths, 2017
Muk on Hanji paper
68 1/10 × 28 7/10 in
173 × 73 cm

Dark blue path, 2018
Korean pigment on Hanji paper
12 3/5 × 16 1/10 in
32 × 41 cm

Small path, 2018
Muk on Hanji paper
18 1/10 × 10 3/5 in
46 × 27 cm

Infinite path II, 2018
Korean pigment on Hanji
24 × 18 1/10 in
61 × 46 cm

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Full screenExit full screen
Slider

BIOGRAPHIE

Les œuvres de Hyun Joung Lee associent ses souvenirs d’enfance en Corée du Sud, ses études en beaux-arts à l’Université Sejong de Séoul et sa formation d’orfèvre à Paris. Elle a développé son propre langage artistique et ses propres techniques tout en travaillant avec des matériaux traditionnels coréens, notamment le Hanji, l’encre et les pigments.

Fabriqué à la main, à partir de l’écorce des mûriers, le papier appelé Hanji est réputé pour sa résistance et sa capacité à être utilisé à des fins multiples. Ses origines remonteraient à plus de 2000 ans. La fabrication de ce papier fait partie intégrante de la vision artistique de Lee et nécessite un long processus. Elle choisit de ne pas lisser le papier afin de lui donner un grain particulier. Elle utilise son pinceau pour créer des lignes afin de souligner ou d’empêcher le relief naturel du papier. C’est par les mouvements de son propre corps, qu’elle crée un rythme sans plan préconçu.

Tout comme un parfum peut rappeler des souvenirs d’un certain moment, les peintures de Lee, qu’elle appelle « chemins », peuvent éveiller l’histoire enfouie en chacun de nous, et nous impliquer dans un voyage personnel et spirituel. Chaque ligne est vue comme un jour, ou un instant que nous avons déjà vécu ou que nous vivons encore. 

Les peintures de Lee font échos avec les chemins de nos vies. Le but de l’artiste est dévoilé par les noms qu’elle donne à ses œuvres. Mais ses chemins peuvent aussi être des paysages imaginaires composés de forêts profondes, de dunes et de paysages aquatiques. La façon dont nous percevons les peintures de Lee dépend de notre propre monde intérieur et de notre imagination. Par conséquent, on peut les regarder sans se lasser.
Récemment, Lee s’est intéressée à la sculpture tout en continuant ses peintures. Les œuvres de Lee ont été présentées dans le monde entier dans de nombreuses expositions individuelles et collectives.

EXPOSITIONS

9 MAI - 16 JUIN, 2019

9 FÉVRIER - 25 MARS, 2018

PRESSE ET PUBLICATIONS

17 MAI, 2019

par Claude Gatouillat

“Voyages imaginaires” entre tradition et

 spiritualité

18 Novembre, 2018

par Louis Verdoux

Lee Hyun Joung

8 Février, 2018

par Emilie Thomas